Le visiteur du futur : le film. Une réussite française

Après la série Le visiteur du futur, je suis allée voir le film. Plaidoyer pour des dystopies françaises de ce type.

Il est assez rare que je parle deux fois d’un même univers ici puisque ce n’est pas tant l’œuvre qui m’intéresse que les thèmes qui y sont abordés. Cependant j’ai assisté à l’avant-première du Visiteur du Futur de François Descraques et j’avais très envie de vous en parler. D’abord parce que le film est bien. Mais aussi parce que j’ai envie de voir plus de dystopies françaises réussies au cinéma. Et puis y a quand même deux ou trois thèmes qui méritent qu’on s’y arrête. Je ne vais pas trop rentrer dans les détails pour ne pas spoiler.

Le visiteur du Futur : le film

Une catastrophe qui menace l’humanité

L’histoire du film. Premier point important : vous pouvez absolument voir le film sans avoir vu la série. Avoir vu la série pourra vous aider à capter deux ou trois vannes et quelques relations entre les personnages mais franchement… Même, ne jamais avoir vu la série vous permettra d’être surpris par une péripétie. Bref, dans le futur, un terrible accident nucléaire ravage le monde. Pour éviter la catastrophe de se produire, des voyageurs du temps retournent en 2022 pour essayer de convaincre le politicien qui a signé pour la construction de la centrale de ne pas le faire. Mais la Brigade temporelle veille à ce que rien ne change.

Oui, par exemple, il y a ce genre de plan qui est familier pour ceux qui ont vu la série

Une technologie que l’on ne maîtrise plus

C’est un récit d’aventure assez classique. Le héros a un but précis et des ennemis qui vont essayer de l’empêcher de l’atteindre. On va retrouver ici plusieurs thèmes classiques des dystopies. Déjà la technologie dangereuse que l’humain ne parvient plus à gérer. J’étais assez surprise de me retrouver face à un cataclysme nucléaire qui, pour moi, marquait surtout les dystopies des années 70 et 80 mais qui réapparaît de temps en temps. Cependant, ce n’est pas tant le nucléaire la menace. C’est plus la conjugaison d’une course à la technologie imprudente et à bas coût et une formation des ingénieurs de moins en moins adaptée. Wouah, on se croirait dans la vraie vie.

McFly & Carlito au cinéma dans Le Visiteur du Futur

Le présent menace le futur

Ici, plus qu’une technologie défaillante, on retrouve le thème de la technologie du présent qui menace le futur. Sujet que j’avais déjà évoqué. Car à la faveur de quelques péripéties, nos héros d’aujourd’hui vont se retrouver dans le futur et… ce qu’il reste de Paris. Un Paris ravagé mais réaliste puisque la Tour Eiffel ne s’est pas brisée en plein milieu du désert, par exemple. L’univers post-apo est assez foutraque et propose quelques classiques du genre. Des zombies ou infectés, la disparition de l’eau potable et de logements décents, la difficulté de trouver à manger et des enfants perdus

Les enfants perdus du futur

Pour que rien ne change

Une autre dimension fort intéressante, c’est celle du paradoxe temporel. J’ai écrit un article dessus fort récemment et je regrette de l’avoir publié avant d’avoir vu le film car il est un excellent exemple du sujet. Evidemment, on parle d’un gars qui voyage dans le temps pour essayer de sauver le futur, comment veux-tu qu’il n’y ait pas de paradoxe ? D’ailleurs, c’est la raison d’être des antagonistes : la brigade du temps. Peu importe si l’avenir est sombre, il doit être. Leur rôle est de surveiller que rien ne change et intervenir pour empêcher Le visiteur du Futur d’agir.

Le visiteur du futur : au coeur de la brigade temporelle

Un gros relent d’autoritarisme

Et justement, à propos de la Brigade du temps, on tombe sur un autre thème cher aux dystopies : l’autoritarisme. Ces soldats ont directement un look qui ne trompe pas. Et ne font pas réellement de sentiments : ceux qui devaient mourir ne doivent pas être sauvé, la timeline doit être respectée. L’autoritarisme de la Brigade du Temps est parfaitement incarnée par Constance, personnage déjà présent dans la série. A noter que les soldats que l’on suit, Louise, Matteo et Victor, représentent trois archétypes du soldat assez intéressant : celui qui doute, celui qui obéit sans grande conviction et… le pas fûté. Je vous laisserai découvrir qui est qui.

Constance dans Le visiteur du Futur

On veut plus de dystopies françaises comme ça !

Bref, Le Visiteur du Futur est un bon élève de la dystopie en utilisant des ingrédients certes conventionnels mais plutôt bien maîtrisés. Les acteurs sont convaincants, l’écriture bien dosée entre rire et émotion. On sent vraiment que ce film a été écrit et réalisé par un gars des années 80 fan de SF qui a joué avec son imaginaire pour nous proposer une histoire qui marche. Du coup, dès le 07 septembre, foncez au cinéma voir Le visiteur du futur. Parce qu’en tant qu’amoureuse des dystopies, j’aimerais que l’on indique aux financiers du cinéma que, oui, y a un public pour ces films-là. Qu’une dystopie française pas trop poseuse, ça marche. Et puis vous passerez un bon moment, aussi.     

1 thought on “Le visiteur du futur : le film. Une réussite française

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.