The Silent sea : chercher de l’eau sur la Lune

Alors que la Terre se dessèche, la solution serait sur la Lune ? Dans the Silent sea, des astronautes coréens tentent de sauver l’Humanité.

Normalement, je parle de séries coréennes sur mon autre blog dédié aux fictions, Raconte-moi des histoires. Cependant sur celle-ci, on est beaucoup plus dans un univers dystopique avec des thèmes que l’on connaît bien : space operas, survie de l’humanité, péril écologique. Et un virus extraterrestre mais ça ne va pas trop m’intéresser, ici. Bref, prenez place, on part sur la Lune explorer… The Silent sea. La fameuse mer du silence.

Bae Doona dans The Silent sea

La Terre se dessèche

L’histoire ! Sur la Terre, ça se passe mal. Les réserves en eau s’épuisent et la désertification avance. Or une expédition lunaire semble avoir trouvé de l’eau sur la Lune. Seul petit hic : tous les membres de ladite expédition sont morts, là-haut. Qu’à cela ne tienne, la Corée du Sud monte une nouvelle expédition qui comprendra, entre autres, Song Ji-an, une astrobiologiste particulièrement impliquée dans cette opération car sa soeur fait partie des morts restés sur le satellite. L’expédition va-t-elle trouver vraiment de l’eau et Ji-An la vérité ?

L'équipe d'astronautes de The silent Sea

Dans l’espace, on meurt

Donc voici notre expédition sur la Lune. L’alunissage nous offre un classique de l’exploration spatiale : l’alunissage se passe mal, un personnage est blessé. Il est d’abord trimballé par ses camarades et finit par leur dire “non, laissez-moi là, je vais vous ralentir, la mission d’abord”. Il y avait peu ou prou la même scène dans la série Mars. Mais il faut rappeler les fondamentaux : dans l’Espace, on meurt. Dans n’importe quel space opéra, tu as un personnage qui meurt très vite, soit par accident, soit par sacrifice. Soit les deux. Ainsi, The Silent Sea nous plante un décor familier : un Espace hostile et dangereux.

Un accident d'alunissage

Un étrange virus…

D’autant plus dangereux qu’une fois arrivés dans la base spatiale, ils captent très vite que la première équipe n’est pas morte des suite de radiations comme la version officielle… mais sans doute d’un virus ! On dégaine les tenues biohazard mais on sait tous ce qui se passe quand des Humains croisent un virus dans l’espace : un manque cruel d’intelligence et de discernement. Franchement, si le dernier espoir de l’Humanité, c’est la conquête spatiale, on est foutus. Donc un membre de l’expédition est contaminé et avant de mourir, il se met à vomir des litres et des litres de flotte. La précieuse eau. Et l’équipe d’avant le savait puisqu’on découvre rapidement des tonnes d’eaux stoquées. 

L'eau de la Lune

Quel est le prix de la survie de l’Humanité ?

Alors maintenant imaginez : d’un côté une Planète recouverte de milliards d’individus qui se meurent du manque d’eau et de l’autre un virus qui permet de générer des kilolitres d’eau tant que l’hôte est en vie. Je ne vais pas spoiler plus mais il y a une vraie question éthique qui se pose dans la série. Une question que l’on retrouve dans de nombreuses dystopies cataclysmiques : peut-on sacrifier quelques uns pour en sauver beaucoup ? The Silent sea nous pose à nouveau cette question. Quel est le prix de la survie de l’Humanité ? L’éthique a-t-elle encore sa place en cas de péril mortel pour toute l’espèce ?

Bae Doona dans The Silent Sea

Encore un cri d’alerte…

Bref, The Silent Sea se rajoute aux dystopies écolo-catastrophistes, toujours plus nombreuses ces dernières années avec notamment la question de la raréfaction de l’eau. Souvenez-vous de Bleue de Maja Lunde. Ce n’est sans doute pas l’œuvre la plus originale que vous verrez sur le sujet mais elle a le mérite de poser une nouvelle fois la question. Jusqu’où doit-on aller pour sauver l’Humanité ?  Je vous laisse le découvrir dans The Silent Sea, dispo actuellement sur Netflix. En prime, les décors sont assez fous et y a Bae Doona dedans, actrice fétiche des soeurs Wachowsky que l’on a pu croiser dans Cloud Atlas ou Sense8. Oui, c’est un argument.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.