Omniscient, le ciel du futur grouille de drones

Comment s’assurer de l’obéissance des citoyens ? En les faisant suivre en permanence par un drone. C’est le pitch d’Omniscient.

J’ai toujours trouvé intéressant de faire un parallèle entre une nouvelle technologie émergente et les dystopies. La télé reste au coeur de nombreux récits dystopiques, même récents. Alors qu’elle me semble avoir moins de poids dans nos vies quotidiennes… On peut observer des dystopies sur la réalité virtuelle ou les réseaux sociaux, voire les assistants personnels. C’est parfois très amusant car je doute de la pérennité de certains d’entre eux. Mais aujourd’hui, on va parler des drones à travers la série brésilienne Omniscient. Car dans cet univers là, les drones sont comme des libellules qui vous surveillent partout. Tout le temps.

Omniscient, série dystopique netflix

Des drones pour une société plus sûre

Résumé pour commencer ! Nina, jeune ingénieure, travaille pour Omniscient, une entreprise spécialisée dans la sécurité. Elle accole à chaque citoyen un drone, léger et habile comme une libellule. Le but est de prévenir le crime, dans le grand fantasme du “si t’es filmé, tu te tiens à carreau”. Nina a grandi avec un drone collé à ses basques et n’a donc jamais commis le moindre délit. Elle n’y pense même pas. Sauf que ça ne marche pas tant que ça puisque le papa de Nina a été assassiné mais le système n’a pas détecté ce crime. Persuadée qu’il s’agit d’un complot, la jeune Nina va donc enquêter au coeur du système.

Nina dans Omniscient

Le classique pitch d’une entreprise peu claire…

Voilà, le pitch est hyper classique, on est dans un thriller assez classique de l’entreprise pas très clean où un.e salarié.e joue un double-jeu. Genre Mister Robot pour rester dans les dystopies. Mais en moins bien, néanmoins. Je ne vais pas m’attarder ici sur l’enquête de Nina mais bien sur la promesse d’hypersécurité de Omniscient. L’omniprésence des drones va être traitée par différents biais, selon les personnages. La plupart ne semblent pas s’en préoccuper et en effet, j’ai pas la sensation que le drone soit toujours présent, malgré le pitch. Un petit défaut de réalisation. D’autant que les personnages parlent en toute détente de leurs soupçons quant à ce qui se trame chez Omniscient. Est-ce que les drones ne captent que l’image mais pas le son ? 

Nina et son frère dans Omniscient

Un drone en constante amélioration

D’ailleurs, on découvre que pour le moment, les drones se contentent de suivre leur “propriétaire” sans intervenir en aucune façon. D’ailleurs, une des camarades de Nina propose de développer un programme qui agirait s’il repérait un comportement potentiellement agressif en tirant un tranquillisant sur l’agresseur. Nina, elle, bosse sur un logiciel permettant aux drones à naviguer dans la ventilation sans être emportée par l’air généré. Je… mais attends, ils iraient faire quoi les drones dans la ventilation, en fait ? Car on va arriver assez vite à la limite de la série : l’univers proposé fonctionne mal.

Un drone de Omniscient

Une sexualisation d’un personnage qui fout toute l’intrigue par terre

Par exemple Olivia, une des camarades de Nina qui a le feu aux fesses, a un kink particulier. Elle veut à tout prix faire filmer ses ébats par un drone pour ensuite remater le film et se tripoter dessus. Si j’utilise le terme “feu aux fesses”, ce n’est pas un jugement de valeur vis-à-vis du personnage, juste que cette partie de sa “personnalité” est plutôt très mal écrite. Clairement, cette partie du récit, outre qu’elle ne sert pas vraiment, pue le racolage et m’a posé un gros problème par rapport à l’univers qui est proposé. Assez tôt dans la série, Olivia chope un fort joli garçon lors d’une soirée karaoké et le fort joli garçon voit ses élans couper par la présence des drones. Il ne veut pas copuler devant eux. Et là, je ne comprends plus : les personnages jeunes comme Olivia, Nina et le joli garçon ont grandi avec les fameux drones. Ils ne sont plus censés faire attention à leur présence. Et surtout : on peut leur demander d’aller voir ailleurs quand on veut un peu d’intimité? Du coup, ils servent à quoi ? 

Une réflexion sur le panopticon

J’ai regardé Omniscient il y a quelques mois et j’ai réalisé en regardant les suggestions Netflix où il était revenu que j’avais carrément oublié d’en parler. Mauvais signe. Omniscient a un pitch intéressant. Dans une société où la sécurité est assurée par une entreprise privée, il se passe quoi ? Les dystopies aiment s’interroger sur les moyens de parvenir à une paix sociale et en général, ça passe par une soumission discrète. Soit via un drone, soit via une drogue apaisante. Omniscient retisse le thème du panopticon, c’est la version XXIe siècle de 1984. Sauf que l’univers est mal branlé. Le réalisateur, Pedro Aguilar, avait précédemment commis 3% dont l’univers tenait à peu près, au moins sur la première saison. Là, je suppose qu’Omniscient nous proposera une saison 2 mais… je pense que ce sera sans moi.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.