Ecotopia, une pure utopie

Si les dystopies nous racontent le pire, les utopies nous promettent le meilleur. Comme Ecotopia, roman écrit en 75 furieusement d’actualité

J’adore réfléchir aux utopies, à comment je pourrais raconter ces mondes parfaits sans que ce soit purement descriptif et chiant ? En faire une nouvelle de trois pages. Mmm. En faire une fausse utopie ? C’est un peu ce que j’ai tenté de faire sur Augura (sortie prévue en 2022 si je me bouge) mais une fausse utopie, par définition, ça marche pas. On a l’astuce de parler d’un monde parfait à réaliser, comme Le sommeil des damnés. Ou alors, on fait comme Ecotopia : on crée un État fictif, Ecotopia, donc, et on y envoie un journaliste étranger. Quelle idée de génie. 

Ecotopia d'Ernest Callenbach

Ecotopia, un nouvel Etat écologiste

L’histoire : en 1999, la Californie du Nord, l’Oregon et l’Etat de Washington font sécession des États-Unis et deviennent Ecotopia, un pays guidé par des intérêts purement écologiques. Will Weston est le premier journaliste Américain autorisé à pénétré dans ce nouveau pays, quelques années après sa création, alors que les relations entre Ecotopia et les États-Unis restent compliquées. De prime abord, Will n’est pas du tout sensible à la cause écologiste et il a un côté macho un peu bof vite insupportable. Mais ça, c’est le premier chapitre. D’abord, il rigole de l’aspect primitif d’Ecotopia et de leurs trains mais il va peu à peu être conquis. 

Ecotopia, Etat indépendant

Un roman très descriptif

Il est assez difficile de résumer plus avant le propos du roman vu qu’il s’agit de notes de Will par thème avec quelques soupçons de vie privée. Car oui, notre ami Will va trouver l’amour et nouer quelques amitiés, également. Il y a de minuscules enjeux et une progression narrative vers le graal du roman : le rendez-vous avec la Présidente Vera Allwen. En attendant, Will va investiguer sur chaque parcelle de cette société. Son organisation particulière, les matériaux qu’elle emploie. Son lien avec la nature, l’économie, l’éducation, sa place dans le monde… 

Une réprésentation d'utopie écologiste

Un pays encore imparfait

Ecotopia charme. Will tombe peu à peu amoureux de ce pays qui semble très pragmatique et apaisé. Même s’il existe une dose de violence institutionnalisée un peu comme American Nightmare. Mais en bien mieux écrit et joyeux. Ecotopia n’est pas vue comme une utopie. L’auteur Ernest Callenbach, par la voix de son narrateur, souligne quelques éléments dysfonctionnels, peu efficaces. Will est sous le charme mais n’est pas aveugle pour autant. Tout ne roule pas et c’est précisément ce que souhaitait Callenbach : c’est une société jeune, en devenir, qui ne demande qu’à évoluer. 

Une représentation utopique

Une inspiration new age

Cette fiction est directement inspirée des différents mouvements hippies des années 70, Ecotopia ayant été écrit en 75. D’où cette atmosphère un peu New age avec des gens qui vénèrent des arbres, des graines de cannabis offertes à tous les citoyens et la grande liberté amoureuse dont jouissent les Ecotopiens. Ce point en particulier titille particulièrement Will qui est parfois légèrement relou dans sa perception des femmes. Ecotopia est résolument babacool et rend ses habitants heureux et satisfaits. A deux ou trois exceptions près. 

Hippies

45 ans plus tard, rien n’a changé…

La lecture d’Ecotopia est à la fois agréable et frustrante. Agréable car j’adorerais vivre dans ce pays de justice sociale, où toute utilisation de matériaux est juste et pensée. Pas de surconsommation, une pollution limitée, une production d’énergies renouvelable où tout est exploité. Y compris le méthane produit par la décomposition des excréments. Ce pays est ingénieux. Et évidemment, c’est frustrant car on se demande comment un roman écrit en 75 peut être aussi actuel ? Comment on a perdu 45 ans ? Non parce que moi, j’ai beaucoup entendu le “on ne savait pas, on ne se rendait pas compte”. En 75, un écrivain racontait L’histoire d’un pays fictif où on avait interdit les avions parce que ça pollue trop. En 2021, on passe pour des râleurs mal renseignés quand on dit la même chose. 

La pollution liée au trafic aérien

Lisez ce roman

Ce roman est une vraie curiosité que je vous recommande chaleureusement. Pas tant pour L’histoire que pour découvrir quelques bonnes idées qu’on devrait adopter rapidement. Car en 75, Ecotopia était un doux rêve. En 2021, c’est une question de survie. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.