La zone du dehors d’Alain Damasio : une dystopie utopique ?

L’humanité a crée des colonies spatiales utopiques. Ou pas. Dans la zone du dehors, Damasio nous raconte l’histoire d’une révolte en utopie.

Ou utopie dystopique, ça marche aussi. Beaucoup doivent connaître Alain Damasio via la Horde du contrevent, roman phare de l’auteur… que je n’ai pas lu. Car ce qui m’a charmée ici, ce n’est pas le nom de l’auteur mais bien l’histoire, dystopique pile comme j’aime. Donc aujourd’hui, on se penche sur La zone du Dehors !

La zone du dehors d'Alain Damasio

Le paradis sur Cerclon

Suite à une guerre nucléaire qui a rendu la Terre à peu près invivable hormis l’Afrique, l’humanité a décidé d’aller conquérir l’espace. Elle installe une colonie sur un satellite de Saturne “Cerclon I”, une ville qui se veut un modèle de démocratie et fonctionne par une hiérarchie stricte. Chaque habitant est classé en fonction de son mérite, son classement lui confère un nom. Le président est A, son gouvernement va de B à Z… On suit donc l’évolution de la Volte, un groupe révolutionnaire mené par cinq hommes ayant un prénom à cinq lettres. Car la belle société de Cerclon I n’est pas si parfaite que racontée…

Une colonie proche de Saturne dans La Zone du dehors

Une technologie qui ramollit

On retrouve dans cette dystopie des éléments assez classiques. Une société technologiquement avancée, une technologie qui ramollit les ardeurs. Chacun se contente de sa position puisqu’il y a la télé en hologramme et les virtues, des jeux vidéos totalement immersifs. Douleur comprise. Pas grand chose de nouveau sous le soleil, me direz-vous. On a quelque chose de similaire dans Fahrenheit 451, Le meilleur des mondes, Ravage. Même Albator… Cependant, c’est exprimé sans nuance. Les membres de la Volte qui ne jurent que par la manière douce sont appelés la Molte. Les personnages pleurent régulièrement sur l’asservissement de leurs congénères. Ah oui parce que là, il n’est pas question de réveil de qui que ce soit. L’histoire ne commence pas avec la prise de conscience d’un des protagonistes ou un autre qui se retrouve confronté à un univers qu’il ne connaît pas. Non, on découvre l’univers au fur et à mesure des événements.

Cassini : les anneaux de Saturne
J’en profite pour vous mettre la dernière photo de Cassini avant de disparaître dans l’atmosphère saturnienne parce que c’est incroyable

Une révolution douce

Mais le but ici n’est pas de tout casser ou de s’étonner d’une société que l’on ne comprend pas. Les personnages veulent la volution, une révolution douce leur permettant de sortir du système prétendument démocratique de Cerclon. On a là quelques graines d’utopie. Dans la société de Cerclon d’abord, havre de paix autoproclamé versus la Terre qui est en train de sombrer et qui offre une vie douillette à ses habitants. Mais aussi dans le projet Anarkhia des Voltés qui rêvent de fonder leur modèle de société sur Pluton. Oui, le livre date de 1999, Pluton était encore une planète à l’époque.

Pluton

En écrivant ce roman, Damasio avait une référence en tête : 1984 d’Orwell. Il est possible que j’ai omis d’en parler volontairement jusque là. L’histoire de La Zone du dehors se déroule en 2084 avec une idée très forte de surveillance, voire d’autosurveillance, via des panopticons. On pourrait presque regretter que les références ne soient pas plus subtiles mais après tout…

Panopticon

Alors est-ce que je conseille La zone du dehors ? Et bien, je suis cruellement partagée. Parce que ce livre me laisse un goût doux-amer. Je l’ai aimé autant qu’il m’a saoulée, je l’ai un peu traîné, je me suis parfois endormie dessus… Ce qui n’est certes pas un critère, je m’endors sur tout. Ce qui fait que oui, je vais vous le conseiller, ne serait-ce que parce que je suis incapable d’un avis tranché.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *