Avril et le monde truqué : une uchronie steampunk

Dystopies et uchronies exploitent souvent des thématiques communes. Dans Avril et le monde truqué, on se penche sur une technologie devenue folle…

J’aime regarder des listes de dystopies pour choisir mes films, séries et livres. Et, comme je le disais, je suis parfois surprise de découvrir certaines oeuvres au rayon dystopie alors que non. Genre Avril et le monde truqué qui est clairement une uchronie… Mais comme j’ai vraiment aimé ce film et que j’avais envie d’en parler quelque part, j’ouvre officiellement la rubrique Uchronie avec cette pépite d’animation. 

Avril et le monde truqué, une uchronie remarquable

Un accident tragique

L’action se situe à la fin du XIXe siècle, en pleine révolution industrielle. En 1870, à la veille de la guerre avec la Prusse, Napoléon III et le Maréchal Bazaine viennent visiter des scientifiques travaillant sur un sérum censé rendre les soldats immortels. Mais c’est un échec… sauf un duo de reptiles qui parviennent à s’échapper. Napoléon III veut les faire éliminer mais le labo explose et tout le monde meurt. Napoléon IV, fils du III, signe un traité d’amitié avec la Prusse et la guerre est évitée. 

Un monde qui a calé technologiquement parlant

Quelques années plus tard, on apprend que des éminents scientifiques disparaissent mystérieusement, sans laisser de traces. C’est ainsi que la jeune Avril assiste, impuissante, à la disparition de ses parents lors d’un violent orage qui détruit le vapeur dans lequel ils se trouvaient. Ils fuyaient la police alors qu’ils venaient de trouver le sérum d’invincibilité . Avant de disparaître, la mère d’Avril l’a injecté dans la boule à neige de sa fille. En grandissant, Avril va tenter de retrouver la formule du sérum. Dans un monde qui ne connaît plus de progrès technologiques puisque les scientifiques ont disparu. Le charbon reste l’énergie principale. Pépite noire qui risque de déclencher une guerre mondiale pour prendre le contrôle du Canada et ses immenses forêts. 

Avril et le monde truqué

Une course technologique dangereuse

Je m’arrête là pour le résumé pour ne pas spoiler. Avril va se retrouver au cœur d’une enquête pour retrouver les scientifiques disparus. Elle est secondée par son chat qui parle (suite à une expérience de ses parents) et un joli garçon croisé dans la rue. Alors d’un point de vue “dystopique”, même si c’est une uchronie, on est en plein questionnement sur la technologie croisé avec l’ivresse du pouvoir. Car oui, tout au long de l’histoire, la technologie sera freinée par la disparition des scientifiques pour remplir un objectif particulier. Le cataclysme du début est provoquée par la folie de puissance de Napoléon III et de son maréchal. Si on devait trouver une moralité à cette fable, c’est bien qu’il faut se méfier de la science et respecter l’ordre naturel. Notamment la mort. Même si le fameux sérum d’invincibilité va permettre un joyeux rebondissement assez rapidement dans le film. 

Avril et le monde truqué

La technologie condamne ou sauve ?

Cette histoire aurait tout à fait pu être une dystopie puisque la vie est grise. Littéralement. Le charbon étant l’énergie principale, l’air est fortement pollué et la population tombe malade, petit à petit. La guerre menace et, en l’absence de tout progrès technologique, il ne semble y avoir aucune issue heureuse. C’est assez intéressant car la technologie est à la fois ce qui condamne et ce qui peut sauver la société. Un peu comme dans les rêves des plus fous de ce qui pense que ça sert à rien de se préoccuper du réchauffement climatique, on finira bien par trouver une solution techno-scientifique. Un peu comme dans Snowpiercer…  mmm. 

Avril et le monde truqué

Un pur bijou esthétique

Mais au-delà de la fantaisie du scénario, ça reste un vrai bijou esthétique. Ce n’est pas le sujet de ce blog mais je ne peux pas ne pas en parler. Je suis sensible à l’esthétique steampunk et art déco que l’on va croiser à un moment dans le récit. Il y a des dirigeables, des trains aériens qui marchent à la vapeur. Même si ce monde est gris et fortement pollué à cause du charbon, ça reste tellement beau. C’est fou comme cet univers adopte le principe du rétro futurisme. L’uchronie n’est ici utilisée que pour raconter un autre Paris mais aurait pu tout à fait se passer dans quelques années tant les sujets abordés sont d’actualité… 

Mater le film et lire les BDs

Bref, je ne saurais trop vous conseiller de prendre une petite heure et demi de votre temps pour vous régaler vec Avril et le monde truqué. Une pépite d’animation made in France. En attendant, je vais me procurer la BD de Tardi pour prolonger l’expérience. Voire m’acheter une litho ou deux pour décorer mon bureau.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *