The 100, la dystopie… adolescente ?

Une série post-apo dystopique pour adolescents ? C’est The 100. Avec plein de personnages qui prennent toujours la décision la plus stupide

Depuis le temps que je devais écrire cet article ! A chaque fois que j’entends parler de cette série, je me dis “Faut vraiment que j’écrive un article dessus”. Mais j’oublie très rapidement. Parce que, spoiler : j’aime pas vraiment. Essentiellement parce que je retrouve trois poncifs d’écriture que j’aime pas. Des personnages qui prennent des décisions vraiment stupides sans raison. Une héroïne dont on loue le charisme alors que j’ai pas compris pourquoi. Et surtout des personnages globalement antipathiques. Mais la vraie question est : The 100 est-il une dystopie ou une fiction post-apo ? Les deux, mon capitaine.

The 100, Clarke et Bellamy

Retour sur Terre

Car the 100 n’est pas tant l’histoire d’une apocalypse. C’est surtout une série de systèmes organisationnels rencontrés au fur et à mesure des saisons. L’histoire, pour ceux qui ne connaîtraient pas. Près de 100 ans après une apocalypse nucléaire, ce qu’il reste d’humanité est réfugiée dans des stations spatiales. Le souci, c’est que, de 400 âmes, on est passé à 4000 et il commence à y avoir un petit souci de ressources. Le gouvernement en place décide donc d’envoyer cent ados délinquants sur Terre pour voir s’il y a moyen d’y retourner. Oui et, surprise ! Des humains ont survécu ! On va donc suivre plusieurs histoires en parallèle. D’abord la vie des ados sur Terre qui commencent à s’organiser en communauté et l’effondrement de la société de la station spatiale qui vire dans la dictature la plus dure. Avec des peines de mort en veux-tu, en voilà. Puis nos aventuriers terrestres vont découvrir au fur et à mesure différentes communautés : des espèces de hordes sauvages, des gens réfugiés dans un bunker et même une IA un peu dérangée. 

Polis dans The 100.

Catalogue de communautés

The 100 est donc un catalogue de sociétés post-apocalyptique où la civilisation a connu un net recul… même dans les structures les plus préservées. On est presque ici dans une écriture à la Cloud Atlas : on va parcourir différents univers. La vie en station spatiale, des univers plus médiévaux avec les hordes sauvages, des contrées désertiques et violentes qui ne sont pas sans rappeler Mad Max, une IA qui possède peu à peu les humains qui entrent à son contact. On oscille régulièrement entre tout technologique et tribus qui s’éclairent à la bougie et se battent avec arcs et couteaux. L’ultime mélange des genres éclatant lors de la saison 06 où nos Terriens débarquent sur une nouvelle planète au sein d’une communauté rurale un peu primitive et perclus de croyances… mais où les leaders possèdent une super technologie permettant de transvaser leur âme dans des corps hôtes. En gros. 

Une communauté à l’esthétique Disney

Un début qui marche déjà pas

Et c’est tout le souci de The 100. Ca va souvent trop loin. Je ne suis pas forcément attaché à la rigueur scientifique. Même si celle-ci est occasionnellement respectée comme avec les habitants du bunker qui ne peuvent sortir car le taux de radiation est trop élevé pour eux. Pourquoi pas. Mais dès le départ, il y a un souci avec l’univers. Déjà, les arches en suspension n’ont pas été pensées pour du long terme. Contrairement à Ascension, série assez pétée aussi mais qui pense la survie de l’humanité dans l’espace sur du long terme. Les humains survivants étaient dans l’espace au moment du cataclysme. Du coup, comment ils ont réussi à survivre un siècle dans une structure qui n’a jamais été envisagée pour une occupation si longue. Comment ils ont trouvé de la nourriture sur un si long terme avec une population qui va croissant ?  Là, la série commence en nous expliquant qu’on va bientôt être à cours d’oxygène donc faudrait voir à redescendre. Mais comment ont-il réussi à vivre 100 ans sur des réserves avec tant de gens alors que c’était pas prévu pour ça ? Dès le départ, ça cale un peu.

L'arche dans The 100

Charabias…

Et que dire de l’évolution ultra-rapide des Terriens qui ont survécu. En 100 ans, ils ont carrément inventé un nouveau langage. Bon, c’est de l’anglais prononcé avec un accent chelou (ex : crew devient kru”) et il doit y avoir cent mots de vocabulaire. Mais il n’y avait pas de besoin de s’inventer un langage puisque tous parlent la même langue à l’origine. Je ne suis pas sans savoir que le langage évolue. J’ai même trouvé ça génial dans Cloud Atlas. Mais tu ne passes pas du latin classique à l’italien en un siècle, hein. 

The 100 - Octavia au combat

Une survie due à des coups de bol

Et puis on dirait que la survie de l’humanité est souvent jouée aux dés. Je vous rappelle le pitch de départ : cent ados délinquants sont jetés sur Terre en guise d’explorateur du nouveau monde. Ils ont même pas atterri qu’ils sont direct en train de faire les cons et deux meurent à l’atterrissage. Est-ce que, vraiment, on confie le sort de ce qu’il reste d’humanité à des ados bourrés d’hormones et franchement stupides ? A peine atterris, ils commencent à faire la fête et forniquer joyeusement. Leur leader autoproclamé, le seul adulte, se lance directement dans un trouple avec deux… ados… ouais, on va évacuer ce détail-là. D’ailleurs, vu qu’ils font régulièrement n’importe quoi, ils crèvent vitesse grand V et dans le vaisseau, ils sont en mode “mmm, ça a pas l’air super safe en bas”. Surtout qu’évidemment, on a jeté les gosses en bas sans leur expliquer leur vraie mission. C’est genre “on vous condamne à mort mais peut-être que vous pouvez vivre en bas, on sait pas”. Au moins, dans le Labyrinthe, le fait que les ados ne sachent pas pourquoi ils étaient jetés dans le feu des épreuves était justifié. Là… je comprends pas du tout. 

Saison 01 de The 100
Oh, comme ils avaient l’air tout propre

Ca aurait été plus simple de refaire un Stargate

Bref, la série reste intéressante si on aime imaginer des réorganisations humaines suite à un cataclysme. Les scénaristes se sont clairement amusés même si… en fait, on aurait pu raconter exactement la même histoire en imaginant des voyageurs spatiaux qui vont de planète en planète. Le côté “ça se passe sur Terre post cataclysme nucléaire” n’apporte rien de spécial, En vrai, The 100, ce n’est ni plus ni moins que Stargate sans la porte des étoiles et à la place du général renfrogné, on a un post ado qui préfère séduire des filles que de trouver une façon efficace de survivre sur du long terme. Je soupçonne quand même un fort copié-collé, ce qui explique tous ces langages chelous, ces sociétés qui se fondent en quelques mois. Dans la saison 05, Octavia crée carrément son royaume en à peine quelques années avec ses règles et son vocable… et doit faire face à une rébellion. Déjà.

On mérite pas de survivre

Je vous le dis, c’est pas comme ça que l’humanité va subsister… En même temps, vu qu’ils alignent les conneries en permanence en refaisant régulièrement péter des bombes nucléaires, doit-on vraiment le regretter ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *